asbl ASET

Aide humanitaire au Belarus

Association située sur le plateau de Herve

Belgique - province de Liège

Contactez-nous  -  tél/fax : 087/468993  -  GSM : 0476/484200

Nos Missions

A la frontière de la zone interdite

Bienvenue

1001 façons d’aider

Agenda

Les Mémoires d’Aset

La Biélorussie

Plan du site   |   Sommaire  >   Les Mémoires d’Aset  >  L’aide humanitaire  >   Convoi humanitaire 2006
aset Album photos [?] Imprimer un document...
5 janvier 2007

Convoi humanitaire 2006

Le couronnement de toute une année de travail !


Des membres de notre association ont travaillé durant toute l’année, plusieurs heures par semaine pour confectionner au total 1005 colis d’aide humanitaire. A cela, il faut ajouter les 289 colis que nos familles d’accueil ont adressé aux enfants venant en Belgique pendant l’été. Ainsi, début décembre a eu lieu la distribution par nos soins des colis aux différentes institutions biélorusses que nous soutenons... Le couronnement de toute une année de travail !

Récit d’un voyage de 5300 Km ...

Jeudi 30/11 :
Chargement du camion. Une solide équipe nous a permis de charger 13 tonnes d’aide humanitaire en 4 heures. Ensuite, le camion a été dédouané et plombé à Eynatten et a pris la route vers Minsk.

Samedi 2/12 :
Nous quittons Herve en début de matinée. Dans la voiture André, Yvon (propriétaire du véhicule), Willy et moi : quatre hommes avec pour toute présence féminine une voix quelque peu synthétique qui nous guidera inlassablement un bon bout de chemin. Très vite, nous l’avons dénommée « la blonde »

Dimanche 3/12 :
Vers deux heures du matin nous sommes très proches de la frontière du Belarus. Nous savions qu’après le Bug [1] , « la blonde » ne serait plus capable de nous guider. Nous la remercions donc pour son aide précieuse et nous nous réjouissons déjà d’être sur le chemin du retour pour la retrouver. Aucune file d’attente à la frontière biélorusse. Cependant, des douaniers très zélés nous occuperont deux heures et demie en discussions et formalités. Seul rayon de soleil dans cette nuit glacée, le préposé aux « assurances médicales obligatoires » : un biélorusse extrêmement jovial qui nous a sorti un « oufti » d’étonnement que l’on croyait jusqu’alors réservé aux seuls liégeois. La frontière passée, et après deux heures de repos, nous reprenons la route pour arriver vers onze heures à Minsk. Nous sommes alors répartis dans nos familles d’accueil. En fin de journée, réunion avec notre partenaire et les interprètes pour planifier le travail des jours prochains et ce autour d’un bon repas.

Lundi 4/12 :
André, Yvon et Willy ainsi que deux de nos partenaires biélorusses prennent place dans notre voiture pour se rendre à la douane internationale. La voiture ne pouvant transporter que cinq personnes, c’est sans regret que je me suis « sacrifié » pour rejoindre en ville mon amie Tania. Mes collègues, après la douane, devront encore se rendre au ministère de la distribution des colis des familles et au ministère du contrôle humanitaire. Au total 89 km dans Minsk pour réunir tous les documents ! Enfin à 18h15, déplombage du camion et déchargement des 77 caisses des familles pour Minsk et l’orphelinat de Borissov.

Mardi 5/12 (355 Km) :

JPEG - 13.9 ko
Xholstovo
Seconde étape de notre périple

La première étape sera Moguilev où nous déposerons 40 caisses pour les enfants de Moguilev et l’école de Lazarenko. Ensuite le petit village de Xholstovo : 55 caisses pour le jardin d’enfants et les familles. La journée se termine à Krasnopole où nous déchargeons 47 caisses des familles et terminons la journée dans nos familles d’accueil autour d’un repas biélorusse.

Mercredi 6/12 (340 km) :
La journée sera très longue ... Rogatchev : 104 caisses pour les familles et pour l’organisation "La Main qui aide". Kirovsk : 32 caisses des familles. GomelBobrouisk : 184 caisses pour une association des handicapés. Notre journée se termine enfin à Gomel où de nombreuses personnes s’étaient rassemblées à l’arrivée du camion. Un prêtre orthodoxe bénit le camion. La responsable de l’association nous a remis des petits cadeaux fait de perles. Nous y avons déchargé, non sans peine, 300 caisses pour les enfants venus en Belgique, les associations de familles de Gomel et 30 caisses de friandises appropriées offertes par le Rotary Club de la Vallée du Geer pour les enfants diabétiques. Nous avons remis un set de canules pour Youlia (enfant ayant subi une trachéotomie) afin de compléter l’appareil respiratoire fourni par notre association en octobre.

Jeudi 7/12 (285 km) :
A l’hôpital de Gomel nous déchargeons des caisses pour le service des grands brûlés. Le directeur Oleg Yadrentsev insiste pour que nous visitions son service car, il nous dit avoir vraiment besoin d’aide. Nous découvrons des bâtiments extrêmement vétustes et des moyens thérapeutiques dérisoires. Quel contraste avec la nouvelle bibliothèque « high-tech » de Minsk ! Ce qui est vraiment admirable c’est la persévérance et le courage qu’ont ces praticiens pour sauver et guérir les patients malgré des conditions de travail abominables. Nous devons faire quelque chose pour les aider [2]. Face au profond désarroi de ce médecin, j’avais l’impression que nous étions comme « une goutte d’espoir dans un océan de détresse" Nous reprenons la route consternés par ce que nous avions découvert.

JPEG - 12.6 ko
Narovla
177 caisses abritées chez un bûcheron

Nous arrivons à Narovla chez un bûcheron, papa de 12 enfants, où nous déchargeons 177 caisses pour des familles pauvres et ayant beaucoup d’enfants. L’accès est étroit et les branches des arbres, qui bordent le chemin, sont trop basses pour laisser passer le camion. Nous faisons appel à notre bûcheron pour élaguer certains arbres et ainsi permettre à notre semi-remorque de rejoindre la grand-route sans dégâts.

JPEG - 16.1 ko
Narovla
Le camion en difficulté

Nous devons ensuite nous rendre à Boudki pour y déposer 27 caisses dans un priout (maison d’accueil pour enfants) Le chemin n’est pas facile à trouver et, comme vous l’aurez compris, au Belarus, « notre blonde » ne nous est d’aucun secours. Nous demandons alors à une autre jeune fille de nous guider. Nous assistons à une scène cocasse : un semi-remorque suivant une charmante demoiselle pédalant courageusement sur son vélo.

L’étape suivante sera Elsk où nous déposerons 85 caisses pour l’orphelinat. La journée se termine à la maison de retraite de Kopatkévitchi où après avoir déchargé 96 caisses nous sommes invités par Irina Kovchoun et son mari Sergueï à prendre un bon repas arrosé, comme il se doit, de quelques verres de vodka.

Vendredi 8/12 (205 km) :
Au matin Irina,la directrice, nous fait visiter son établissement. La maison de retraite est propre et bien tenue. Lors de la visite du salon de coiffure, Willy tentera de se faire couper les cheveux mais sans succès. La visite se termine dans le cabinet dentaire où nous rencontrons une très jolie dentiste utilisant malheureusement du matériel archaïque (comme disait André : « j’aime mieux ça que le contraire »)

Nos chemins se séparent... Le camion remonte à Minsk, sur la route il devra encore s’arrêter à Sloutsk pour débarquer les quarante dernières caisses. De notre côté, nous rendons visite à Vania un « enfant de Tchernobyl » maintenant père de famille. Nous nous rendons ensuite à Kirovsk chez Sveta dont le fils nous a préparé une « bagna » typiquement biélorusse (sorte de sauna) « Après l’effort le réconfort ... »

Samedi 9/12 : Départ pour la Belgique. Nous traversons la frontière du Belarus en seulement trente minutes (record battu) Une fois le Bug [1] passé, « notre blonde » peut à nouveau nous guider jusqu’à la maison. Le voyage du retour se déroulera sans problème et durera « seulement » vingt-trois heures (autre record battu)

Post-Scriptum :

Merci à nos partenaires biélorusses qui ont contribué à la réalisation de ce convoi. Un merci tout particulier à Denis (le chauffeur du camion) et son "copilote/interprète" Liocha qui n’ont pas hésité à "remonter leur manches" pour nous aider tout au long de notre périple au Bélarus

Notes :

[1] Le Bug ou Bug occidental (en biélorusse Заходні Буг, Zachodni Buh) est un cours d’eau.
Le Bug prend sa source en Ukraine il marque la frontière de la Pologne avec l’Ukraine et la Biélorussie. Le Bug a une longueur de 772 km. Depuis le 1er mai 2004 et l’entrée de la Pologne dans l’Union européenne, le Bug est une frontière de l’Union.
Source : www.fr.wikipedia.org

[2] Le docteur Léonid Rubanov que nous avons rencontré aimerait vraiment entrer en contact avec des médecins belges s’occupant de grands brulés pour une aide et un échange d’expériences.

contactez-nous !.
Gérard D.

Membre du Comité
Webmaster

Accueil - Santé - Enfants de Tchernobyl a.s.b.l.       www.aset.be
Siège social : rue du Bief, 37 B-4652 Herve - tél/fax : 087/468993 - Compte : BE75 0682 1667 1351