asbl ASET

Aide humanitaire au Belarus

Association située sur le plateau de Herve

Belgique - province de Liège

Contactez-nous  -  tél/fax : 087/468993  -  GSM : 0476/484200

La nature en été à Tchetchersk

Bienvenue

1001 façons d’aider

Agenda

Les Mémoires d’Aset

La Biélorussie

Plan du site   |   Sommaire  >   Les Mémoires d’Aset  >  Des enfants biélorusses en Belgique  >   Un voyage inoubliable !
aset [?] Imprimer un document...
Première publication : août 2000
Actualisé : 6 août 2002

Un voyage inoubliable !


Juillet 2000. Une maman d’accueil est allée chercher les enfants du mois de juillet et raconte son voyage.

Dimanche 23/07 07h00.

Après un départ quelque peu aventureux et un voyage pas du tout confortable, nous arrivons à Moguilev le lendemain vers 21h00. Nous y sommes très chaleureusement accueillis chez Johan, le prêtre orthodoxe qui s’occupe des enfants en provenance de cette région. Un succulent repas, une bonne douche et une nuit complète sur un bon matelas suffisent à nous remettre d’aplomb pour entamer nos visites programmées par Josine.

Mardi 25/07.

Nous rencontrons Boris Gomozov, directeur d’un institut à Moguilev où de jeunes adolescents souffrant d’handicaps mentaux et moteurs sont pris en charge pour toute la journée. L’école accueille les enfants de 7 à 19 heures tous les jours de la semaine et assure les trois repas de la journée car certains d’entre eux ne bénéficient même pas d’un repas à la maison tant la situation familiale est précaire. Boris travaille d’arrache-pied avec la sous-directrice pour améliorer la qualité de leur enseignement. Ils ont mis au point le principe du journal de classe de l’enseignant (qui est connu depuis des lustres chez nous), ils effectuent des visites chez les parents pour mieux suivre l’évolution des enfants, la qualité de l’enseignement, les relations élèves et professeurs...Son école a d’ailleurs reçu “une récompense” pour tous ces progrès. Nous avons pu visiter quelques classes, voir le matériel dont ils disposent. (Dany a reconnu du matériel “papier” offert par notre association). Boris a besoin de matériel didactique de base (fournitures classiques pour l’élève et l’enseignant). Ensuite, nous nous sommes rendus à la banque où nous avons déposé sur le compte de l’école une somme d’argent récoltée par l’Institut Notre-Dame de Cerexhe et par l’école d’infirmières Ste Julienne à Liège. Cette somme va lui permettre d’acquérir du matériel de sport et peu-être du matériel de psychomotricité dont il rêve pour aider au développement physique de ses enfants handicapés moteurs.

Mercredi 26/07.

En matinée, visite d’un second institut technique pour adolescents valides en majorité mais auxquels sont mêlés de jeunes handicapés moteurs, visuels ou auditifs. Ils suivent un enseignement technique (travaux de bureau, menuiserie, dessin...). A la fin du cycle, soit ils pourront directement travailler, soit être orientés vers des écoles supérieures et parfois être aidés à s’épanouir dans la vie. Ces élèves réalisent de merveilleux objets artisanaux qu’ils essaient de commercialiser. Le directeur représente “le bon père de famille” au sein de cet institut et est très confiant et respectueux vis à vis de ses élèves. Son rêve serait de réaliser un échange entre son école et une école technique de notre région. A suivre... Dans l’après-midi, sur la route de Minsk, nous avons souhaité rencontrer le directeur de l’orphelinat de Barsouki. Ce dernier nous a reçu en toute simplicité. Il nous a annoncé que son établissement allait être fermé pour cause d’insalubrité. Jusque là, nous ne savions pas encore l’ampleur du drame de cet orphelinat. Le directeur, plutôt que de nous donner des chiffres, nous invite à le suivre pour constater la tristesse, le désespoir...Nous déambulons dans de longs couloirs sombres où traîne une odeur de moisissure. Nous visitons la cuisine, le réfectoire, l’infirmerie, le cabinet dentaire, la salle d’eau.

Tout est régulièrement entretenu mais les bâtiments sont tellement vétustes, dégradés qu’il est bien difficile de les rendre sains et habitables.Comment relater l’horreur de ce que nous avons pu voir sans s’étaler sur le sujet ? Nos impressions sont multiples : un sentiment de gêne d’abord car nous pénétrons dans le quotidien de ces adolescents. Un malaise profond ensuite devant l’ampleur des besoins : cuisine vétuste (mais comment font-elles donc ces cuisinières pour nourrir tant d’enfants ? n.d.l.r. ils sont 120 !), douches plus que rudimentaires (et en hiver ?). La buanderie nous parait bien équipée (nous avons reconnu une machine envoyée par notre association...mais où est le savon ?), les toilettes quant à elles sont démolies et doivent être reconstruites pour correspondre aux normes d’hygiène (le matériel est là en partie : couleur mais ...pas de pinceaux !). L’infirmerie nous a vraiment horrifiée : une seringue stérile, quelques pansements, quelques boites de médicaments, ciseaux rouillés, un abaisse-langue, une pince.... Un jeune docteur nous montre avec beaucoup de gêne ces quelques trésors. Voilà, tristes, choquées mais avec la volonté de les aider en priorité, nous reprenons la route vers Minsk.

Jeudi 26/07.

Nous avons le temps d’acheter divers artisanats pour nos marchés en Belgique. Puissent-ils encore alimenter nos caisses pour aider nos petits amis biélorusses ! L’après-midi, nous faisons une réunion de mise au point avec Valentine, la vice-présidente de notre association partenaire à Minsk.

Vendredi 27/07.

Grande rencontre avec les 83 enfants et leurs parents. Deux cars complets nous emmènent vers la Belgique. Le voyage se passe sans incident, le passage aux frontières est relativement aisé.

Samedi 28/07.

A 20h30, retrouvailles pour les “anciens” et premières rencontres pour tous les petits “nouveaux”. Nous tenons à remercier nos amis biélorusses pour leur accueil plus que chaleureux, pour leur disponibilité (nous sommes conscients de ce que cela leur coûte). Merci aux chauffeurs pour leur sérieux et leur compétence. Merci au comité, resté en Belgique, pour l’organisation de l’accueil et merci à vous les parents de là-bas et d’ici pour votre confiance en notre organisation.

Colette (maman d’accueil) soutenue par Josine, Ivan et Dany.

Post-Scriptum :

Extrait de notre périodique trimestriel "Nadièjda" n°12 - août 2000

contactez-nous !.
Colette

Maman d’accueil

Accueil - Santé - Enfants de Tchernobyl a.s.b.l.       www.aset.be
Siège social : rue du Bief, 37 B-4652 Herve - tél/fax : 087/468993 - Compte : BE75 0682 1667 1351